F2

Dams, GP2 Series, Manche 8, Spa-Francorchamps

Jolyon Palmer et DAMS résistent à la pression en Belgique

Retour de vacances un peu mouvementé pour la formation mancelle, mais conclu par un podium conquis de haute lutte par Jolyon Palmer (son neuvième cette saison). Le Britannique conserve fermement les rênes du championnat pilotes avec 32 points d’avance, mais son rival, Felipe Nasr, fait monter la pression sans demi-mesure. Stéphane Richelmi, une nouvelle fois frappé par le sort samedi, a néanmoins encore affiché son tempérament le lendemain avec une belle course d’attaque, hélas non récompensée par des points.

Intermittente du spectacle, la pluie a fait son oeuvre dès les essais libres. Terminés en position moyenne (Stéphane P9, Jolyon P12), ils auguraient de qualifications compliquées. Mais le leader du championnat sortait un superbe tour de son sac pour s’installer en première ligne (2ème) pour la septième fois de la saison, tandis que son équipier monégasque signait le 10ème temps.

Etre figurante ne suffisait pas à la pluie qui s’est donc arrogée le rôle principal samedi, se déversant à torrents peu après le départ. Interrompue au drapeau rouge, la course reprenait ses droits avec l’accalmie, mais le mal était fait pour les pilotes DAMS. Mal parti, Jolyon Palmer, puisait dans son expérience pour sauver des points en remontant de la 8ème à la 6ème place finale. Stéphane Richelmi, qui s’était élancé en slicks, ne pouvait, malheureusement, boucler l’exercice qu’en 21ème position. Sous le soleil revenu dimanche matin, la seconde manche se révélait moins agitée et Jolyon Palmer en profitait pour ajouter le podium de la troisième place à sa collection. Pour sa part, au terme d’une superbe prestation, Stéphane grimpait jusqu’à la 12ème place sous le drapeau à damiers.

L’étape suivante nous emmènera à Monza. Le décor du « temple de la vitesse » a subi une modification majeure cette année avec le goudronnage de l’extérieur de la Parabolique. Les erreurs au passage de cette courbe diabolique ne seront donc plus sanctionnées par un bac à gravier. Les meilleurs resteront, cependant, aux avant-postes et DAMS, comme Jolyon Palmer, s’est souvent montré à son avantage sur ce circuit légendaire.

François Sicard, Directeur Général : « Sentiments un peu mitigés au terme de ce week-end. Certes, nous maintenons nos positions de leader aux deux championnats, mais Carlin et Nasr ont mieux négocié cette reprise. A nous de réagir dès la prochaine manche parce que ce sera serré jusqu’au bout. Jolyon a voulu éviter tout accrochage dans la première course et il marque encore beaucoup de points, mais il ne s’en satisfait pas. Quant à Stéphane, sa performance n’est pas en cause, il l’a encore démontré dimanche. Ils seront tous les deux d’attaque pour Monza.»

Jolyon Palmer : « Je reste assez largement en tête du classement, mais je repars avec un peu de déception. J’ai sans doute été un peu trop prudent samedi sous le déluge. Mais je me suis accroché et j’ai limité les dégâts. Et dimanche, j’ai encore eu des difficultés au départ. La victoire était accessible, mais à l’arrivée ce n’est qu’un podium. Il faudra faire mieux à Monza.»

Stéphane Richelmi : « Frustré ! J’aurais pu me qualifier en meilleure position mais de toute façon, notre stratégie, partir en slicks, était risquée. La pluie a ruiné notre pari et en plus, j’ai fait toute la course avec une visière qui n’était pas étanche. Eau et buée dans le casque ! Je ne voyais rien ! Dimanche j’ai attaqué autant que j’ai pu, mais je termine à la même place qu’en Hongrie. Le positif, c’est que la voiture est toujours performante et j’espère vraiment que la chance va tourner.»

 

 

Prochain rendez-vous : Monza (Italie), 6-7 septembre.

Related Post